Collectif2026 projet

La bulle démocratique

Collectif2026 projet
La bulle démocratique

TEXTE : Aurélie Darbouret - ILLUSTRATION : Jiho - Libération - Octobre 2011

Premier album de bandes dessinées satiriques publié en Tunisie, «Koumik» est sorti début octobre. Inspirés par le chat «Willis from Tunis» de Nadia Khiari, quatorze dessinateurs se lâchent sur la vie politique du pays. Et appellent à voter dimanche.

Au soir du 23 octobre 2011, jour historique où le peuple tunisien est appelé à élire l’Assemblée constituante, étape fondatrice de la «transition démocratique» du pays, tous les partis politiques sont à égalité. Reste, seul, un électeur. De lui dépend l’avenir de la révolution. «Think twice before voting, dude !» («Réfléchis-y à deux fois avant de voter, mon pote !»), lui souffle Barack Obama au téléphone. «L’Iran compte sur toi mon frère !» lui susurre Mahmoud Ahmadinejad dans la vignette suivante… La BD est signée «Adn Adenov». C’est le pseudo de l’un des quatorze jeunes dessinateurs publiés dans Koumik, album collectif paru le 8 octobre. Œuvre d’une autoproclamée «Bande de BD» un peu givrée, Koumik est le premier recueil de dessins satiriques de l’histoire de la Tunisie, le coup d’essai d’un premier mensuel de BD.

Avant la révolution, la bande dessinée made in Tunisie s’illustrait par des albums pour enfants - ainsi Kaous Kouzah, qui marqua les années 80 - ou par des recueils de dessins à la gloire du régime de Ben Ali, tandis que les petits personnages des Bok Bok de Ben Sassi étaient les seules caricatures passant la censure et publiées à la une de la Presse, un des quotidiens benalistes les plus lus. Mais depuis ce 14 janvier où le président a pris la fuite au terme d’un règne de vingt-trois ans, le neuvième art se sent pousser des ailes. Les succès de Goodbye Zaba de Yassine Ellil et de Willis from Tunis, chroniques de la révolution de Nadia Khiari, les deux premiers albums post-Ben Ali, sortis au printemps, ont ouvert la voie. Koumik (hybride de «comique» et des comics anglais, trempé à l’accent local) s’y est engouffré.

A lire en intégralité ici.

Avec Gaylord Van Wymeersch.