Collectif2026 projet

Ferraille à vendre

Collectif2026 projet
Ferraille à vendre

REPORTAGE et PHOTO : Sarah Lefèvre - Là-bas si j'y suis (FRANCE INTER) - Novembre 2012

Ces encombrants valent de l’or. Des déchets remplis de cuivre, de zinc, de laiton. Des métaux indispensables aux chantiers, aux lignes de train qui sont très convoités. Une économie très lucrative et une autre, de la débrouille.

En France, le « business » de la ferraille s’évalue à un milliard d’euros par an. Un manque à gagner de 100 millions net pour l’Etat. Les élus ont décidé d’agir. Et en juillet 2011, ils ont tranché. Les transactions ne se feront plus que par chèques et les ferrailleurs devront déclarer leurs activités auprès des services fiscaux.

Une manière de remplir les caisses de l’Etat et de couper court au trafic des métaux. Une légalisation de cette activité qui touche également de plein fouet « l’économie de la récup’ ». Et toutes ces personnes qui vivent grâce à ce système D quotidien.

A réécouter ici