Collectif2026 projet

Le Bachelor au musée

Collectif2026 projet
Le Bachelor au musée

Il arrive de rencontrer des personnages que l'on n'a pas envie de lâcher. Quand on a vu le dandy de Barbès s'afficher sur un pan de mur de la Mep, la Maison européenne de la photo, on n'a pas pu s'empêcher de retourner le saluer, un an après l'avoir rencontré.

Paris, Rue de Panama, dans sa boutique.

- Jocelyn Armel, vous êtes au musée. Pourquoi ?

Jocelyn Armel... LE Bachelor !

Parce que je suis un grand homme. Non, c'est pour rigoler que je dis ça. Ah... Je pense que certains contemporains reconnaissent cette joie de vivre. Je crois que cela transperce les gens. Je crois que c'est ce que Vincent Perez a voulu sublimer. Je suis sorti des contours de Château Rouge grâce à mon ami, qui a pensé que la sape méritait d'être citée dans ce haut-lieu de la photo.

- Comment vous vous trouvez sur cette photo ?

Comme le bel homme que je suis et que je resterai toujours. J'ai un verre dans la main. C'était un mariage énorme d'un grand sapeur de Paris. Il y avait une salle de 2 000 personnes. C'était un big mariage ! J'avais invité mon ami Vincent là-bas. Il a vu les élégances qu'il ne pensait pas voir dans un tel milieu. Il s'est éclaté et puis voilà. Aujourd'hui, la sape existe telle que je la conçois. Je peux en être fier. C'est bien d'être dans les magazines et de faire toutes les télés, mais la photo...

Moi, Bachelor, j'essaie de dire que l'on peut être dans un quartier populaire - ce qui est mon cas - et sublimer certaines formes d'élégances. Je ne dirais pas d'intelligence, non, mais une certaine forme d'élégance qui n'a pas de limite. Parce que moi, je continue de penser que tant que Paris nous laissera cette chance-là de faire ce que nous faisons, avec les couleurs que nous faisons, les filles seront toujours belles et les hommes seront toujours beaux. Enfin comme je suis quoi. Je pense.
Je ne change pas.

C.M & S.L.

Jocelyn Armel dans sa boutique rue de Panama. © Camille Millerand

Jocelyn Armel dans sa boutique rue de Panama. © Camille Millerand