Collectif2026 projet

La guerre à la maison

Collectif2026 projet
La guerre à la maison

Cantieri culturali della Zisa, Palerme, Italie.

1971, Palerme mise à sac par la mafia et une seule femme photojournaliste au milieu de ce monde entièrement masculin : Letizia Battaglia.

Mélange entre le noir absolu d’un regard ou d’une chevelure et le blanc livide du corps nu d’une prostituée.

Des morts figés comme s’ils étaient endormis.

Un homme de dos, assis sur une chaise, la tête appuyée contre le mur et recouvert d’un drap.

Un autre, face contre terre, dont le tee-shirt remonté jusqu’au cou laisse entrevoir un tatouage de Jésus mal dégrossi.

« Nous avons vécu une guerre civile, une guerre à la maison, on ne savait pas qui était notre ami, qui était notre ennemi. C’est bizarre mais le premier homme que j’ai vu mort, étendu par terre, je ne m’en souviens pas. Par contre, je me souviens de tous les autres…et il y en a eu beaucoup… »

C.D