Collectif2026 projet

Le masque Anas Anas

Collectif2026 projet
Le masque Anas Anas

TEXTE : Isabelle Mayault - ILLUSTRATION : Nathan St John - 24H01 – Avril 2016

Sur le continent, son nom est célèbre mais son visage inconnu. Figure unique du journalisme d'investigation en Afrique, Anas Anas s'inscrit dans la lignée prestigieuse des enquêteurs “undercover” comme Georges Orwell ou Nellie Bly. Celui que l'on surnomme le “James Bond du journalisme africain” a récemment frappé plus fort que jamais, faisant tomber une trentaine de juges pour corruption au Ghana, son pays natal. A la suite de cette affaire, Anas Anas, pourtant habitué à se protéger de ses puissants ennemis, a tout simplement “disparu en Une”. Portrait d'un personnage impossible à rencontrer. 

Son visage masqué s'affiche presque quotidiennement en première page des journaux ghanéens depuis le mois de septembre. En ce jour de novembre, les Unes du Daily Guide et du New Crusading Guide lui consacrent d'ailleurs leurs gros titres. Dans le quartier des Ministères, à Accra, les kiosquiers s'en amusent. “Là, encore, ça s'est un peu tassé, mais il fallait voir il y a quelques semaines ! On ne parlait que de lui, on ne parlait que de l'affaire”, commente l'un d'eux, debout devant son stand sur lequel les journaux sont accrochés à des fils, comme du linge propre.